Il arrivait souvent à Michel de m’y accompagner après la pièce dans sa fameuse limousine blanche à six portes, et il me faisait une délicieuse cour à l’ancienne mais je venais de rencontrer l’homme de ma vie et il n’y eut jamais rien entre nous que de l’amitié. J’ai quand même gardé en mémoire ce fameux soir où, arrivant au cabaret, j’ai trouvé dans ma loge douze douzaines de roses avec un mot de Michel, qui était en tournée en province. Il y en avait partout dans les coulisses, et il m’aurait fallu une camionnette pour les remporter toutes chez moi, aussi j’en ai distribué une grande partie aux copines. Quand je suis rentrée, mon amoureux dormait, inconvénient des horaires décalés, et c’est dans la pénombre et sans bruit que j’ai disposé la brassée de fleurs que j’avais gardée dans tous les récipients que j’aie pu trouver. 

Le lendemain à mon réveil, Jean-Yves était parti travailler, et les roses avaient disparu. Je les ai découvertes un peu plus tard la tête en bas dans les toilettes…