Je ne suis pas carriériste, donnant toujours la préférence à ma vie privée, et cela m’a joué plus d’un tour…                                                                                                               Alors que je jouais et dansais à l’Elysée Montmartre dans « Rabelais », premier spectacle monté par Jean-Louis Barrault hors de l’Odéon après mai 68, j’ai noué des relations amicales avec Michel Polnareff, qui en avait composé la musique. Ce « Jeu dramatique » comportait plusieurs ballets et Barrault avait trouvé amusant d’associer aux noms d’Henri Virlojeux ou de Dora Doll celui d’une danseuse du Crazy.